mercredi 17 avril 2013

Work in progress

Pour avoir une idée du fonctionnement entre un scénariste et un dessinateur, voici un exemple court sur une planche sans dialogue réalisé à la demande de Christophe Lebon.

Tout d'abord mes descriptions, ainsi que le type de cadrage.

Case
Plan
Description
 
1
 
Plan général
Contre plongée
C’est le jour, un ciel neigeux.
Un paysage montagneux en pleine hiver, balayé par le vent et la neige.
Un vague chemin à pan de montagne dessert un terre-plein.
 
 
2
 
 
Plan moyen
face
Même endroit, travelling avant : le chemin mène à une série de 4 grottes
sur le petit terre-plein. L’une d’entre elles est sommairement fermée
par une porte en bois tressé.
On distingue 3 hommes, de type asiatique, emmitouflés, encapuchonnés
en peaux autour d’un feu, devant l’entrée d’une autre grotte.
Ils discutent, Il y a des fusils à côté d’eux, une vieille théière sur le feu.
L’un d’eux à une couverture en peau sur les jambes
 
 
 
3
 
 
Plan serré
Gros plan  sur la grotte avec la porte en bois de mauvaise manufacture,  celle-ci comporte des interstices et des petits trous, laissant vraisemblablement entrer la lumière.

Case
Plan
Description
 
4
 
Plan moyen
Vue de l’intérieur de la grotte, lumière blafarde uniquement apportée par
les trous de la porte (rayons ?).
Un homme asiatique est en méditation, en tailleur, les yeux clos, de la
buée sort de son nez, sa bouche exprime comme une souffrance…
il est vieux, porte une grande barbe grise pointue,  gros sourcils gris,
chauve.
Il porte un sorte de kimono gris et noir, il est entouré de vapeur se
dégageant de la chaleur de son corps
 
 
 
5
 
 
Plan moyen
L’homme se met à hurler, les bras en arrière, paume des mains ouvertes,
les yeux écarquillés comme si quelque chose lui était apparu, le torse en
avant.
Il est inondé d’une vive lumière rouge se dégageant de tout son corps
 
6
Plan moyen
Un des hommes à l’extérieur se précipite en attrapant un fusil d’une main, vers la direction de la grotte fermée.
Les deux autres sont en train de se lever rapidement.
Ils ont tous trois l’air très inquiet.